samedi, mai 01, 2021

Aujourd'hui, je ne panique pas d'être seul(e) !



 Combien de fois, j'entends dans mon cabinet des personnes qui ont peur de se retrouver seul(e) avec eux mêmes. Nous évoluons dans une société bruyante, mouvante et rapide où la performance et l'agitation sont de  mise. Nous sommes sans cesse sollicités par notre téléphone, ordi et autres empêcheurs de nous retrouver dans le silence.

Vitesse, agitation, sons et notifications nous permettent de nous éviter cette confrontation avec notre être. Il me parait incroyable que beaucoup de personnes courent et s'agitent pour éviter de se rencontrer ! Et pourtant, c'est tellement fréquent. 

Alors, lorsque la vie s'arrête momentanément, que le silence s'installe, que le vide et l'ennui s'activent, les personnes peuvent ressentir de la panique, de la peur ou de l'angoisse. 

Mais comment faire alors pour se retrouver avec plaisir et légèreté, pour avoir accès à la profondeur de notre être ? ou plus simplement pour nous inviter à partager un moment, tranquille et serein, avec nous mêmes ?

Si vous ne pouvez pas méditer (car la méditation est le moyen extraordinaire du retour vers soi), peut être pouvez vous, chaque jour, vous arrêter 15 minutes dans le silence, sans rien faire,  du tout

Nous allons ainsi choisir d'encourager cette rencontre avec nous mêmes. Nous faisons face à notre angoisse et notre peur de la solitude et nous pouvons ainsi approcher, avec détermination et en totale sécurité  notre être (à vous d'organiser votre sécurité : l'endroit, l'ambiance, la liberté de faire ou non...). C'est totalement différent d'affronter par choix que d'être pris au dépourvu.

Tout ce à quoi je résiste, persiste et ce à quoi je fais face, s'efface !

Et si c'est très difficile pour vous, vous pouvez appeler un(e) sophrologue de SOS SOPHRO 

www.sossophro.fr

Belle journée du 1er Mai !


jeudi, avril 29, 2021

Aujourd'hui, je me connecte à mon corps subtil et j'en suis capable



 Ou que nous soyons, quoique nous fassions, seul(e) ou entouré(e), nous avons la capacité de nous connecter à notre corps subtil. Eckhart Tollé l'explique très bien dans son livre "Mettre en pratique le pouvoir du moment présent" mais je vais tout de même tenter de décrire comment j'essaie d'en faire l'expérience.

Le moment présent est le seul moment que nous vivons, il peut être agréable, neutre ou particulièrement difficile, il a de nombreuses variantes et couleurs. Mais peu importe sa qualité, il est l'endroit où nous sommes et où nous vivons. C'est le lieu du déroulement de notre vie. Et pourtant, nous le délaissons pour préparer (ou contrôler) l'avenir ou refaire le passé. Le moment présent est là où est notre corps. Cela parait évident mais il n'y a pas d'évidence. 

La première étape donc est de revenir dans son corps, dans ses ressentis. Nous sommes  en observation de l'intérieur de notre corps tout étant dans la vie. Nous percevons ainsi l'interaction entre notre corps et l'extérieur. Nous passons de ce fait, de l'intérieur à l'extérieur. Mais nous sommes plus vaste que juste des sensations, nous pouvons également percevoir les sensations c'est à dire en avoir conscience. Percevoir les sensations mais aussi les éventuelles émotions, sentiments et pensées tout en percevant ce qui nous entoure.

Le docteur Nathalie Geetha Babouraj décrit ainsi le corps subtil " « A mes publics médecins ou scientifique, je dis que les corps subtils, ou énergétiques, sont en fait ce que nous sommes capables de ressentir. A l’intérieur de nous. Comme à l’extérieur de nous. Grâce à notre système nerveux sensitif, sensoriel et autonome. "

Nous avons la capacité de nous connecter, le plus souvent, à notre corps subtil.

Belle journée




vendredi, avril 23, 2021

Aujourd'hui, je câline ma part d'ombre

Merci Debbie Ford
Merci Debbie Ford


 Oh mon cher Blog, je te délaisse et pourtant, je pense souvent à toi. J'ai souvent l'envie de te partager mes découvertes, mes avancées mais également mes doutes, mes blocages et mes peurs.

Ainsi, parfois, je me retrouve au beau milieu de la nuit avec une "inquiète" qui s'éveille et se remue, qui empêche de se laisser aller dans un repos bien mérité. 

L'"inquiète" n'est pas une autre personne, elle n'est pas hors de moi mais elle n'est pas tout moi, elle est juste une partie de moi, une partie de mon ombre. Et pourtant, je dirige toute mon énergie depuis plus de 30 ans pour devenir une personne confiante et sereine!

Alors, j'essaye d'éviter cette "inquiète", de la rejeter, de l'oublier ou je la suis, fatiguée, avec toutes les conséquences désagréables. 

Mais en accueillant les aspects de mon être que je ne veux pas ou que je renie, j'accepte tous les contraires en moi. J'ai tout intérêt à l'accueillir avec mon cœur car cette "inquiète" m'a apportée de multiples choses au cours de ma vie, elle m'a protégée et m'a stimulée pour agir.

Alors je câline cette partie de moi, je lui parle, je l'écoute et ainsi, je peux m'endormir tranquillement. Et je peux le faire avec chaque aspect de mon être que je n'aime pas ou que je juge durement.

Je vous propose d'écouter Debbie Ford (La part d'ombre du chercheur de lumière) 

Debbie Ford et Lilou Macé



vendredi, avril 16, 2021

Ce Week end, je bouge !!!!


 

Bouger notre corps va nous permettre de :


et surtout de sentir notre corps dans l'espace et de renouer ainsi avec notre schéma corporel.
Alors, ce week-end, je vous propose de bouger comme vous le souhaitez !



dimanche, avril 11, 2021

Aujourd'hui, je suis dans l'accueil, avec douceur


 

Lorsque j'ai commencé la sophrologie, j'ai particulièrement apprécié la notion d'"accueil".

Nous sommes le plus souvent dans le contrôle, nous voulons changer les choses, le temps, les gens, la vie, les évènements mais aussi nos colères, nos angoisses, nos peurs, notre stress....
je remarque à travers les messages que nous recevons sur ce groupe, de nombreuses personnes cherchent à contrôler ce qui ne va pas.
Il y a un adage qui résonne bien "tout ce à quoi je résiste, persiste et ce à quoi je fais face, s'efface"
Lorsque nous commençons une séance de sophrologie, nous débutons par un accueil de notre posture, notre corps, nos ressentis, notre souffle.... c'est la première étape. Difficile lorsque nous nous sentons mal. Très difficile.
Mais en pratiquant, nous réalisons qu'en nous posant avec ce qui se vit en nous, et bien, tout se transforme.
Je m'assois avec mon inconfort, en sentant mon corps bien installé (j'arrête de m'agiter), je souffle par la bouche pour évacuer le trop plein et je vais dans la partie de mon être qui est mal, avec gentillesse, douceur et compréhension comme si cette partie de moi était ma meilleure amie.
N'hésitez pas à appeler les sophrologues de SOS SOPHRO, elles et ils s'adresseront à vous avec cette même douceur, bienveillance et indulgence.
Pour retrouver le répertoire de SOS SOPHRO (page public fb) et très bientôt le site internet
www.sossophro.fr

Prenez soin de vous