Aujourd'hui, je sais dire non


C'est vraiment pas facile de dire non, peur d'être rejeté, d'être critiqué, besoin d'être aimé, d'être une bonne personne.....nous avons une foule de raison de nier ce qui est en nous. Nous nous retrouvons ainsi dans des situations qui ne nous plaisent pas (même en vacances) mais qui font plaisir à untel ou qui font partie de notre devoir..
L'inconfort (ou le malaise) que nous pouvons ressentir est un indicateur. Nous pouvons parfois préférer de faire un chemin vers l'autre plutôt qu'écouter notre désir mais dans ce cas, nous le faisons en conscience et nous assumons pleinement la responsabilité.  Comme le propose la communication non violente "je choisis de .... en acceptant les conséquences désagréables".
Aujourd'hui, je vous propose le chemin suivant : 

 Je m'écoute, je m'entends, je me respecte
je suis en accord avec moi même 
Mon affirmation du jour :  je suis important(e)


Aujourd'hui, je pense à moi


Souvent, lorsque je propose à des personnes de plus penser à eux, prendre soin d'eux et vivre pour eux, ils me rétorquent immédiatement "mais c'est très égoïste !!"
Je pense au contraire que ceux qui se prennent en charge, se donnent de la valeur et se respectent sont des exemples (si ils le font dans le respect de l'autre bien entendu). Par contre, si nous nous laissons happer par les aléas de la vie, le quotidien, les autres, les besoins des autres, les choses à faire ...... nous nous négligeons et malheureusement, cela se termine toujours dans la frustration, la peine et le stress.
L'été est une période où nous devons faire le vide (voir le programme sur ce blog "une intention par jour pour faire le vide"). Nous pouvons suivre le chemin suivant : 

je m'écoute, je me respecte, je me fais du bien 
je suis important(e) et je prends soin de moi

Mon affirmation du jour :   j'ai de la valeur, je prends soin de moi

Aujourd'hui, je pense moins


Il est très difficile de ralentir le mental, le stopper est impossible. Nous pouvons sentir l'activité de nos pensées lorsque nous sommes en boucle sur un problème ou une situation. Nous perdons le contact avec la réalité et notre ancrage et nous sommes ailleurs. En plus de nous déconnecter de "ce qui est", la cogitation épuise. Freud disait déjà "je pense trop donc je ne suis pas".
De plus,  nos pensées influencent notre vie. Par exemple, si je me dis que je vais passer une mauvaise journée, je passe une mauvaise journée. Donc nous pouvons, en plus de les ralentir, les contrôler et les modifier.

C'est l'été et peut être même pour vous les vacances, alors je vous propose l'exercice suivant : 

je pense, je fixe mon regard, je lâche, 
je respire, je ressens, je ralentis

Mon affirmation du jour :   j'allège mon esprit et je me sens bien





Aujourd'hui, je stoppe


Nous démarrons notre programme, dix jours d'expérience pour se reposer et retrouver de l'énergie vitale.
Pour se dire que nous avons besoin de repos, nous devons prendre conscience que nous sommes fatigué(e)s.
Plus nous sommes dans la suractivité, plus nous nous agitons. Moins nous dormons, moins nous nous reposons.
Parfois, l'agitation fut telle que nous ne sentons même plus la fatigue et le surmenage et nous continuons sur notre lancée pendant les vacances. "je m'occupe de tout le monde, je fais les courses, j'arrange la maison, je me lève tôt (pour profiter), je fais du sport (pour mon corps)...".
Alors je nous propose un temps de pause et de réflexion, par exemple :
 
Je m'isole, je m'installe, je respire et je laisse venir.
Je marche, je m'arrête, je regarde et je repars


Mon affirmation du jour : je m'écoute et je me respecte

Une intention par jour pour se reposer


Je ne sais pas vous, mais chaque été, je suis dans l'urgence de récupérer, recharger les batteries, me reposer, me ressourcer bref profiter. Super ! sauf que souvent, ce n'est pas le cas, c'est plutôt repas à préparer, course à organiser (et se les "taper"), ménage à assurer, nuits très écourtées et fatigue accumulée. Je me sens d'autant plus coupable que je donne, toute la journée, le conseil aux personnes "profitez ! reposez vous !" 
oui mais comment faire ??
je vous propose un petit programme à partir du 15 juillet (suivi d'un autre programme "une intention par jour pour s'amuser !")  afin que nous puissions fièrement annoncer à la fin des vacances "je suis en pleine forme!"
Si vous avez envie de me raconter vos expériences passées, que je publierai sur ce blog, n’hésitez pas : caropomarede@gmail.com 

Aujourd'hui, je connecte corps esprit


Pour finir ce programme, je vous propose un livre (Écoute ton corps de Lise Bourbeau) et  je vous livre un petit texte qui montre le lien entre le corps et l'esprit. Ce lien est essentiel et en même temps une très bonne nouvelle. Souvent, nous sommes coincés dans notre esprit, nous tournons en rond, nous éprouvons de la souffrance. Une reconnexion au corps apaise, elle ne va pas tout résoudre bien entendu mais elle soulage.
Je reviens vers vous avec un nouveau programme "spécial été",très prochainement.
A très bientôt cher(e)s ami(e)s lecteurs et lectrices.


• Si tu n'écoutes pas ton insatisfaction elle te parle avec le mal de tête
• Si tu n'écoutes pas ta colère elle te parle avec la gastrite
• Si tu n'écoutes pas ta peur elle te parle avec la constipation
• Si tu n'écoutes pas ton envie de dire "non" elle te parle avec des troubles de l'estomac
• Si tu n'écoutes pas ta passion elle te parle avec une infection
• Si vous n'écoutez pas votre créativité et votre talent ils vous parlent avec l'augmentation de poids
• Si tu n'écoutes pas ton  affectivité elle te parle avec la dermatite
( à expérimenter !!)

Aujourd'hui, j'apprends à aimer mon corps

Aimer son corps dans ses imperfections est parfois impossible pour certaines ou certains. Le rejeter, l'ignorer, le maltraiter sont des signes de désamour. Parfois des corps magnifiques sont malaimés, parfois des corps en santé sont malmenés, parfois des corps courageux sont humiliés, parfois des corps malades sont rejetés.....
Il s'agit d'un long processus d'accueil des fragilités et des forces de notre corps, des beautés et des laideurs de notre apparence. Aimer, c'est écouter et accueillir. 
Ensuite, on peut donner du sens dans ses imperfections, elles parlent souvent de notre histoire, de notre lignée, de nos drames, nos douleurs, nos émotions réprimées.
Enfin, nous pouvons ensemble nous pardonner, le corps nous a peut être trahi mais nous l'avons, nous,  souvent renié.

Aujourd'hui, je parle à mon corps

Notre corps est très à l'écoute de nos pensées et de nos mots. Si nous passons notre temps à dire haut et fort "cette situation va me rendre malade", nous mettrons toutes les chances de notre côté pour réellement tomber malade ! Si nous craignons la maladie, à parler de nos maux ou ceux des autres, nous attirons comme un aimant le mal être, le déséquilibre et au final la maladie.
Lorsque nous sommes malades, les gens nous appellent gentiment pour prendre des nouvelles et ainsi, nous rendons encore plus vivante cette maladie. 
Par nos mots nous renforçons nos maux.

Donc à contrario, si nous pensons et nous parlons santé, nous encourageons la santé en nous. La première fois que j'ai lu cette théorie dans un des livres de l'auteur Dr Deepak Chopra, j'ai fait l'expérience avec un rhume. En me répétant, plusieurs fois par jour, "je me sens parfaitement bien, je soigne rapidement ce rhume, je guéris", j'enrayais ainsi le processus. Nous vivons dans un monde plutôt anxieux sur cette thématique, à nous de renforcer notre santé et notre bien être grâce à des affirmations positives.

Aujourd'hui, je crée des rituels réflexes

Dans ma journée, je mets en place de nouvelles habitudes pour mon corps, pour son bien être.
Je vous donne une liste de rituels que vous pouvez mettre en place :
  •  au réveil, face à la fenêtre, je lève mes bras vers le ciel en inspirant, je m'étire et je relâche avec l'expire en laissant tranquillement mes bras tombés.
  • avec les paumes de mes mains, je masse mon visage et mon cuir chevelu
  • dans la journée, je m'assois, je ferme mes yeux, je sens mes points d'appui et je fais un moment de rien, de silence, j'écoute le silence
  • lorsque je le peux, je regarde loin à l'horizon, je laisse mon regard s'évader le plus loin possible
  • je lâche mes chaussures et je marche pieds nus en appuyant bien sur les orteils
  • je relâche ma mâchoire en collant le bout de ma langue contre le palais
  • je marche tout en sentant tous les mouvements dans  mon corps, je marche en étant totalement dans la marche
  • je fais mon yoga du matin, avec douceur et facilité
  • je médite tous les jours
  • je mange en conscience
  • je m'installe lorsque je fais quelque chose
  • je consacre des moments ou des instants à une respiration consciente, thoracique, abdominale.........
 à vous de faire votre propre liste .....
A demain
-

Aujourd'hui, c'est parti, le yoga est dans ma vie !

Habiter son corps est un nouveau réflexe. Nous avons pu explorer, au cours des semaines précédentes, tous les avantages d'être connecté à notre intériorité.
Cette semaine, pour achever ce voyage, je vous propose un programme, qui est pour moi le plus efficace pour être dans son corps. Bien évidemment, l'idée est de mettre en place chaque jour une rencontre avec nous même, dans un équilibre   physique, émotionnel et mental. 
 Vous en faites peut être déjà, nous n'en avez jamais fait, le yoga est une discipline magnifique et efficace pour relier le corps et l'esprit. Je ne vais pas vous faire un cours théorique sur le yoga mais juste vous dire ce que je ressens lorsque je pratique (10 minutes) tous les jours. Quand je commence, je tente d'être dans le moment et non dans l'instant d'après. Je soupire, expire et je sens que mon corps est à fond avec moi même si il ne fait pas ce que je lui demande, mais je lâche le résultat à atteindre. A un moment, je sens un bien être dans les postures (même si elles sont imparfaites), je me redresse, je suis là, je suis reconnectée. Si vous n'avez jamais fait de yoga et vous ne voulez pas vous inscrire à un cours, peut être que des mouvements lents sur une jolie musique peuvent vous aider.
Belle journée


Aujourd'hui, je caline ma tristesse

Pour finir cette semaine, la tristesse est l'émotion la plus insidieuse. Là encore, nous pouvons la trouver dans notre corps, mais les sensations sont tellement désagréables, angoissantes que nous préférons la laisser au fond de nos entrailles. Elle est tapie dans les profondeurs mais ses effets sont dans notre vie au quotidien. Nous perdons l' envie, EN VIE. Mais là encore, cette émotion est une messagère.La tristesse nous indique que notre besoin d'existence n'est pas satisfait, nous n'avons pas d'harmonie et d'épanouissement personnel dans notre vie. Nous avons besoin de réconfort et de présence. Elle est provoquée souvent par une perte et elle oblige à faire l'expérience du détachement mais elle prépare le ré attachement.
Nous allons revenir à nous mais pas nous replier sur nous. Plutôt une écoute attentive et bienveillante, nous allons la recevoir comme une invité de choix et non la propulser à la cave comme une indésirable. Par le corps, nous allons mettre du sens. Nous avons le droit d'être triste mais nous ne sommes pas que la tristesse, c'est juste une partie de nous qui vient nous dire quelque chose.
Semaine prochaine et pour finir le programme, je vous propose de faire l'expérience d'outils pour habiter notre corps.
Excellent week end.


Aujourd'hui, j'écoute mes peurs dans mon corps

La peur, qu'elle soit réelle ou imaginaire, se manifeste, elle aussi, dans notre corps. Elle nous paralyse, elle nous agite, elle fait battre notre cœur, elle contracte notre ventre, elle nous crée une boule dans notre gorge...  elle nous donne l'envie de fuir. Dans tous les cas, il y a une menace et un besoin de sécurité, de protection.
Là encore, cette émotion, forte, se manifeste dans notre corps et c'est par notre corps que nous pouvons l'apaiser. En nous connectant à elle, pleinement (corps, esprit et émotion), nous diminuons son intensité, son impact. Nous l'écoutons, toujours grâce aux ressentis, nous entendons ses message (là grâce à notre mental) et nous pouvons ainsi comprendre le besoin non satisfait. La peur, complètement vécue dans le corps, accueillie avec bienveillance, s'apaise. Ne pas avoir peur de notre peur va nous permettre de l'apprivoiser. N'oublions pas que cette émotion est là pour nous prévenir d'une menace, elle est protectrice.
A demain 


Aujourd'hui, j'apaise ma colère en la vivant pleinement

Tout peut commencer par de légers agacements,une accumulations de petits énervements, pour aboutir, ou pas, à une grosse colère. L'intensité du ressenti est différent, mais dans tous les cas, il y a dommage (plus ou moins important) et un besoin (ou des besoins) non satisfait.
Si je suis attentif à mes ressentis, à ce qui se passe dans mon corps, je vais sentir les choses arrivées, même si cela prend parfois des années. Par conséquent, je peux prévenir et informer, prendre en charge mes besoins.
Mais parfois, la colère surgit, nous n'avons pas eu le temps de nous préparer, elle est violente et soudaine, elle nous envahit et nous sommes hors de nous, nous ne contrôlons plus rien, dans nos paroles et parfois dans nos actes. Nous mettons des heures (ou des semaines) à nous remettre : 1 minute de colère va nous prendre 1 heure pour récupérer. 
Pour exprimer pleinement une colère, nous devons revenir à nous, à notre corps. Nous isoler est souvent une bonne solution et exprimer cette rage en nous, par exemple en remuant son corps, en criant le plus fort possible, en se laissant aller à l'écriture spontanée, en tapant dans un coussin.... tout est bon pour exprimer l'émotion et ainsi baisser son intensité. Puis en revenant à son corps, à son souffle, aller chercher le sens et le besoin qui n'a pas été respecté. L'émotion est vivante et humaine, elle appartient à celui qui la vit, elle est messagère, à nous de trouver son sens.
Belle journée