vendredi, janvier 31, 2020

Jour 12 : je regarde à l'intérieur et je suis en paix



Et si tout venait de l'intérieur ? aussi bien le bien être que le mal être, aussi bien la paix que la guerre, aussi bien le trouble que la clarté, aussi bien l'amour que  la haine. 
Cela nous semble évident, tout est à l'intérieur mais tellement moins évident quand nous vivons la guerre, le conflit, le trouble, la colère, la tristesse, le dégout.. nous cherchons la cause à l'extérieur, nous cherchons le coupable à l'extérieur. 
Tout vient de l'intérieur, la couleur que je donne à ma vie, la forme que je donne à mes évènements, l'humeur que je donne à mes humeurs.
Tout vient de l'intérieur et derrière le chaos, le flou, le sombre, le dur, le tranchant….il y a la paix.

Que faire alors ? aller vers la paix par une assise ancrée, un corps détendu, un souffle accompagné, un esprit off, je chemine vers mon intérieur et je vais chercher la paix. Et je refais l'exercice tant que je n'ai pas trouvé cette sérénité, ce silence. 
Et je recommence, et je recommence, c'est la répétition qui va nous permettre d'y arriver. La répétition et l'intention.


jeudi, janvier 30, 2020

Jour 11 : je regarde à l'intérieur


Pour ne pas regarder à l'intérieur, nous pouvons :
  • nous agiter dans tous les sens,
  • boire et manger trop,
  • faire et faire encore,
  • parler et parler fort,
  • aller chez l'autre s'occuper de son intérieur, 
  • célébrer et ne jamais s'arrêter,
  • aller voir le médecin, chaque matin, sans fin, 
  • travailler et penser que sans nous, il n'y rien,
  • beugler, chouiner et se plaindre, 
  • tendre fort son corps pour le fermer et perdre la clé ....
Pour regarder à l'intérieur, nous pouvons :
  • nous asseoir quelque part, 
  • attendre que le silence se fasse,
  • suivre notre respiration sans amplification,
  • se mettre dans une bulle de protection,
  • se laisser bercer par le flux de notre respiration,
  • laisser s'envoler les pensées comme des papillons, 
  • plonger dedans avec plaisir,
  • se poser en nous et atterrir
et rester là, tranquille, dans un espace qui est le nôtre.
A demain 

mercredi, janvier 29, 2020

Jour 10 : je regarde derrière et je suis fièr(e)


On nous dit qu'il ne faut pas regarder en arrière, que ressasser le passé n'est pas bon pour nos cellules, qu'il faut vivre l'instant présent, je suis la première à le dire mais je sais aussi que faire la rétrospective de tout ce que nous avons accompli, de toutes nos réussites et nos actes positifs fait du bien.
Surtout, se remémorer les épreuves et réaliser à quel point elles nous ont apportées. Qui serions nous sans cette maladie, sans cette perte, sans cette séparation ? Si nous sommes restés coincés à ce moment là en résistant à ce qui s'est déroulé (et on peut résister des années), il est impossible d'en tirer les leçons et de transformer l'épreuve. Mais lorsque nous pouvons regarder en arrière et prendre conscience que grâce à cet évènement, nous avons bifurqué vers une direction pleine de sens, nous pouvons alors remercier la vie.

Ecriture : prenez votre carnet, aller chercher "l'épreuve" de votre vie passée. Que vous a t'elle appris ? que vous a t-elle apporté ? quel aspect de vous avez vous déployé ? Quelles qualités vous ont permis de vivre cette épreuve ? 
Ensuite, je fais la liste de tous mes accomplissements, succès, réussites, actes magnifiques;
Comment je me sens ? 

mardi, janvier 28, 2020

Jour 9 : j'assure mon authenticité, je l'assume aussi


Comment peut on parler de sécurité intérieure si nous nous fondons dans l'autre, nous nous adaptons comme des caméléons, que nous disons oui alors que nous pensons non. Nous nous fondons malgré nous, nous nous perdons malgré tout.
L'affirmation est de savoir (plus ou moins) qui je suis et d'assumer ce que je suis.
Mais alors qui suis je ?
Il n'est vraiment pas évident de répondre à la question et je pense qu'il nous faut une vie (pour les plus motivés) pour définir qui nous sommes. Beaucoup de travail sur soi, d'introspection et de questionnements. Beaucoup d'écoute aussi. En écoutant nos ressentis et nos sentiments, nous pouvons écouter notre voix intérieure et nous laisser guider par celle ci.
Petit exercice : 
Pour commencer, je vous propose de faire la liste de ce que vous n'êtes pas. En faisant cette liste, nous devinons ainsi ce que nous sommes à l'instant T en sachant que nous sommes en permanence en évolution.



lundi, janvier 27, 2020

Jour 8 : j'assure ma sécurité physique

Ajouter une légende

Je regardais une émission sur Tijuana au Mexique où l'insécurité est totale, la pauvreté aussi. Beaucoup de personnes viennent de loin dans cette ville frontière pour passer aux US avec le seul espoir de construire une vie plus sereine. Nous ne pouvons pas ressentir de la sécurité intérieure si notre sécurité physique n'est pas assurée. Sans aller à Tijuana, combien de personnes vivent dans la peur, dans l'imprévisibilité et la violence. Pour toutes ces personnes, il est souvent très difficile de trouver en soi la confiance et la force de sortir d'un calvaire.
Je sais pertinemment que l'exercice que je vais vous présenter ci dessous peut être désuet pour certains ou certaines mais peut être pour d'autres, il peut donner la force du respect, la décision de se mettre en sécurité et la prise de conscience que nous avons toutes et tous de la valeur.

Petit exercice pour se protéger ;
Dans ma posture, je ressens ma silhouette et je vais l’entourer d’une lumière (texture, énergie, couleur…) en partant du pied gauche, remonter tout le long de mon corps à gauche jusqu’au sommet de la tête et redescendre de l’autre côté. Je suis ainsi dans ma bulle de lumière et je peux l’agrandir ou la ramener à moi, je peux mettre ce que je souhaite dans ma bulle. Je suis en sécurité.

dimanche, janvier 26, 2020

Jour 7 : c'est le moment ... de revenir à maintenant


Je crois qu'à chacune de mes intentions, il y a un post sur le moment présent. Pourquoi ? car le seul moment que nous vivons est ici et maintenant, il n'y en a pas d'autre au final. Nous pouvons ramener le futur maintenant, nous pouvons ressasser le passé mais c'est toujours maintenant. 
Pour le pratiquer et essayer de passer le plus de moments possibles dans l'instant présent, je connais la difficulté de cette habitude, réflexe, art de vivre ! Mais vous allez peut être me dire : "et si l'instant présent est naze ?, c'est mieux de m'échapper ?" et bien en faisant l'expérience, même dans les journées ou situations difficiles, le fait de complètement les vivre sans faire du copier coller du passé et de l'anticipation du futur, nous les vivons mieux et la situation prend plus de sens. Nous percevons la situation sans nos croyances, peurs, préjugés….. notre perception changer.
Alors aujourd'hui, nous sommes là, complètement là et non pas demain déjà !

Pour être pleinement dans l'instant présent, je vous propose :
  • de noter cette intention aujourd'hui sur votre carnet et de vous répéter plusieurs fois par jour "je vis ici et maintenant!"
  • de revenir aux perceptions de votre corps (je bouge, je masse, je m'en occupe) et d'être dans l'espace dans lequel votre vie se déroule 
  • de regarder vraiment, d'écouter vraiment, de manger vraiment, de sentir vraiment ...
l'idée n'est pas d'être uniquement dans l'instant présent mais le plus souvent.
A demain 

samedi, janvier 25, 2020

Jour 6 : c'est le moment ...de vous détendre!

credit photo

Nous sommes le Week-end, parfait moment pour arrêter de contrôler ? non ? vous avez une to-do-list? vous avez un programme chargé et surtout aucune place à l'improvisation ? à la découverte ? à la magie de l'instant ?
Les journées off sont des journées d'arrêt sur image, d'expériences, de discussions, de lectures, de moments de rien et de tout à la fois mais parfois nous sommes emportés dans un emploi du temps de "faire" et de "tout faire" et nous nous retrouvons le dimanche soir sans avoir vu le weekend passé.
Alors c'est le moment !
Le moment de quoi me direz vous ? le moment de nous préparer à la sécurité intérieure.
La première composante de la sécurité intérieure est une capacité. Nous pouvons la développer, l'entraîner, la rendre naturelle. Capacité de quoi me direz vous ? CAPACITE DE SE DETENDRE
Facile ? impossible ? pas toute seule ? pas maintenant (plus tard)? pourquoi faire ? je suis détendu(e)?

Expérience :
je vous propose d'aller dans vos épaules, avec une inspire vous haussez vos épaules (vous restez un moment en haut de l'inspire) et vous relâchez avec l'expire : semblent elles plus détendues ? sont elles décontractées? que ressentez vous dans vos épaules ?
Je vous propose d'aller dans votre mâchoire, avec une inspire vous faites une grimace (vous restez un moment en haut de l'inspire) et vous relâchez avec l'expire : semble t'elle plus détendue ? Que ressentez vous dans votre mâchoire ? 
Faites la même chose avec vos bras, vos jambes et votre corps tout entier : vous inspirez, vous tendez la partie de votre corps, vous restez un moment en apnée et vous relâchez avec l'expire.
Puis vous fermez les yeux et vous imaginez que vous êtes porté(e) (par l'eau, une personne, un nuage.. utilisez l'image qui vous va le mieux) et laissez vous flotter ainsi tranquillement, avec rien à faire. 
Etes vous détendu(e)?


vendredi, janvier 24, 2020

Jour 5 : je suis insécure et je cherche en moi

Photo Sophrologie Caycedienne sofrocay.com
Bonjour,
je peux chercher à me rassurer,
auprès d'une personne, , je suis alors dépendante et en attente,
auprès d'une réussite financière, sociale, professionnelle, je vais me gargariser de sécurité, plus je possède, plus je me sens exister, indispensable, puissant et unique,
auprès de ma famille, de mes ami(e)s, de mon entourage, de mon médecin, de la médecine, de l'église… bref je cherche à l'extérieur, parfois je trouve et souvent, je me sens déçu(e), frustré(e), oublié(e), en manque et en désarroi.
Bonne nouvelle mes ami(e)s, la sécurité et la sensation de se sentir à l'aise dans notre monde se trouve à l'intérieur de nous !!
Nous allons donc, à partir de demain, chercher en nous cette fameuse sécurité ainsi nous serons moins plus libres et autonomes.

Petit exercice de préparation : 
J'écris sur mon carnet à quoi je ressemblerais si j'étais totalement sécure.
Laissez une image arriver : souriant(e), serein(e), déterminé(e)
et vivez cette image.

jeudi, janvier 23, 2020

Jour 4 : je suis insécure quand je ne gère pas mes émotions


Attention, gérer ses émotions n'est pas les contrôler,
gérer ses émotions n'est pas les ressasser,
gérer ses émotions n'est pas les rationnaliser,
gérer ses émotions n'est pas les cacher,
gérer ses émotions n'est pas les nier,
gérer ses émotions n'est pas les minimiser,
gérer ses émotions n'est pas les maximiser,
gérer ses émotions n'est pas les évacuer sur l'autre,
gérer ses émotions, c'est être confiant que ce que je vis à l'intérieur a son importance,
c'est écouter ce qui se déroule à l'intérieur et en faire quelque chose.
Lorsque je suis insécure, j'ai du mal à gérer mes émotions car elles me submergent, me troublent (et troublent ma confiance), elles m'obligent à agir et à aller au fond de moi pour comprendre.
Lorsque je sors de moi par ma colère, c'est parce que nous avons pas su préserver notre espace de sécurité,
lorsque nous sommes mort de peur, c'est parce que nous n'avons pas les capacités pour nous rassurer,
lorsque nous sommes envahis par la tristesse, c'est que nous ne pouvons plus partager, aller vers, et être apaisé.

Petites astuces : 

La peur  indique que notre besoin de sécurité   n’est pas satisfait 

mercredi, janvier 22, 2020

Jour 3 : je suis insécure quand je contrôle tout

photo moovevipmotivation.com

Nous sommes fans du tout contrôle. Nous voulons contrôler notre futur (bien sur), les autres (pourquoi pas), notre image (ou notre rôle), notre corps, notre santé, notre vie, notre mort, nos réussites ou nos échecs...et je dirai même que tout ce déchainement "développement personnel", dont je fais partie, répond souvent à un désir de contrôle. 
Si je fais tout bien, si je compte mes pas, je développe mes muscles, je mange bio, je trie mes déchets, je vais au boulot en vélo, je gère mes émotions, je médite chaque jour… ma vie sera t-elle belle, longue et intéressante?
Si je suis la dedans, n'est ce pas le signe que je ne m'écoute pas ? que je ne fais pas confiance à ce que je peux entendre ? que je ne me fie pas à mon expérience ? 
J'encourage de plus en plus les personnes que j'accompagne à devenir ce qu'elles sont vraiment, plutôt que de suivre un chemin tracé par d'autres mais pas nécessairement idéal pour soi. Le contrôle est une illusion, nous le savons, la vie parfois nous échappe, nous tord le cou ou nous transporte. Nous verrons par la suite, qu'une vraie connexion à soi nous rend plus confiant et plus sécure.

Petit exercice sophro : je vous propose de vous asseoir confortablement ou de vous allonger. Prenez conscience du poids de votre corps et laissez votre corps se déposer. Vous fermez les yeux.
Et là je vous invite à accueillir ce qui se vit en vous, sans censure, sans chercher à arranger, à améliorer, juste écouter les sensations, les sons, les pensées….. sans rien contrôler, sans rien chercher, sans rien faire. 
A demain mes ami(e)s

mardi, janvier 21, 2020

Jour 2 : Je suis insécure quand je reste dans ma zone de confort



Si je ne me sens pas à l'aise, confiante et en sécurité, je vais préférer œuvrer dans une zone que je connais bien, dont je peux dessiner les contours. Je ne vais pas oser sortir de cette zone même si je sais, intimement, que c'est un enfermement (l'enfer qui me ment !)
Je suis coincée dans ma zone de confort quand je me contracte, je résiste, je m'impatiente, je peux être énervé, irascible...
Nous avons toutes et tous nos zones d'inconfort, nos peurs, nos montagnes à franchir. Je connais bien les miennes, certaines ont été franchies (non sans mal) mais je sais qu'il me reste du travail. La zone de confort peut être extérieure (mon lit par exemple, ma maison…) mais elle n'est que le reflet de l'intérieur. Elle est une illusion de sécurité. Prenons par exemple le changement. Si je n'ai pas confiance en la vie et en mes capacités de bien vivre ce changement qui s'annonce, je vais camper sur un refus et une résistance. J'ai l'illusion de me maintenir en sécurité mais cette résistance est la preuve que je doute, j'ai peur et je me sens déstabiliser.

Petit exercice de sophro :  
Je me pose (debout ou assis) et j’imagine devant moi une boule transparente que je vais remplir, grâce à mon expiration, de toutes les résistances, les peurs, les complications, les tensions dans ma vie actuellement. Une fois bien remplie, je l’évacue vers le haut et je profite de la distance que je peux mettre entre ma boule et mon être, si elle ne part pas, je souffle dessus et à un moment, elle disparait.
Cet exercice ne vas pas tout résoudre mais va nous donner un recul par rapport à nos peurs et nos résistances et ainsi, un autre angle, une autre vision et de ce fait, je peux sortir de ma zone de confort inconfortable. 
A demain 

lundi, janvier 20, 2020

Jour 1 : lorsque je suis insécure ...


Je suis très heureuse de vous retrouver sur ce blog pour une nouvelle intention. Je ne prétends pas faire, d'une manière théorique et intellectuelle, le tour de la question de la "sécurité intérieure". Je laisse cette tâche à d'autres. 
Ce qui m'intéresse ici est de cheminer vers plus de sécurité intérieure en explorant l'état d'être en sécurité et sans la sécurité et les moyens pour la développer. Des expériences donc avec le corps, l'esprit, l'émotionnel, avec notre être tout entier.
Explorons pour ce début de programme, notre niveau de sécurité. 

Je vous propose de vous installer confortablement, de prendre conscience de vos points d'appuis et de fermer vos yeux. Les yeux fermés, tentez de fixer un point devant vous afin de calmer votre mental.
Vous êtes en contact avec votre silence intérieur et vous accompagnez votre respiration naturelle, dans son inspire et expire. Vous respirez tranquillement quelques secondes. Puis vous vous posez la question "comment je me sens, là dans ce moment présent ?". "Est ce difficile pour moi de répondre à a la question ? suis je à l'aise les yeux fermés ? est ce agréable de rentrer en contact avec moi ? Puis je rester ainsi un long moment ? Est ce que je me sens détendu ? ancré ? stable ? 
Et lorsque je regarde ma vie et vers quoi je vais, est ce que je me sens bien ? est ce que ce qui se profile devant a du sens pour moi ? est ce que j'ai la sensation de bâtir ma vie ? Est ce que je me sens maître de mon destin ? 
Vous l'avez compris, la sécurité intérieure est une sensation physique qui est élaborée au contact de nos parents, dans les tous premiers moments de notre vie. 
A nous d'évaluer notre niveau de sécurité (physique mais surtout psychologique). Nous nous retrouvons demain pour explorer plus profondément l'insécurité.



mardi, janvier 14, 2020

Petit partage de lectures

J'ai eu la chance de lire de merveilleux romans et essais pendant mes vacances, les voici :
Tout d'abord, un roman de Valérie Perrin, puissant, triste et merveilleux, poétique et profond.



Puis la Tresse, merveilleux mais trop court 

Et enfin pour avoir des outils simples et efficaces : 
a très bientôt pour la nouvelle intention 

samedi, janvier 04, 2020

Une nouvelle intention le 20 janvier 2020



Etre en sécurité signifie "un état d'esprit confiant et tranquille d'une personne qui se croit, se sent à l'abri d'un danger".
Est ce votre cas ? si la réponse est non, alors pouvons nous ensemble construire un cheminement afin de développer notre sécurité intérieure ou même la créer.
Quand je dis "ensemble", c'est pour vous inviter à faire vos expériences. Je donne des directions, qui me semblent judicieuses, mais l'expérimentation est très personnelle, la traversée s'opère seul(e).

Se laisser porter et traverser par la vie, la laisser nous surprendre, nous étonner, nous interroger, nous malmener parfois, ne plus s'inquiéter pour tout et développer des qualités qui nous permettent de cheminer tranquillement dans l'instant présent sont des axes du travail.


Aujourd'hui, je suis dans l'accueil, avec douceur

  Lorsque j'ai commencé la sophrologie, j'ai particulièrement apprécié la notion d'"accueil". Nous sommes le plus souv...