aujourd'hui, j'aime mes imperfections

Extrait : "la perfection, c'est assumer son imperfection tout en cherchant à la corriger chaque jour"
RESPIRE de Maud Ankaoua

Nous avons souvent l'illusion de la perfection, la vie parfaite, le corps parfait, la journée sans accroche, l'humeur sans nuage, uniquement l'émotion de joie, la parole intelligente, la pensée vraie .... nous sommes le plus souvent dans l'illusion de la perfection et la profonde désillusion de l'imperfection de la vie.
La perfection serait elle la permanence quand tout va bien, quand tout est formidable ?
La perfection serait elle la non souffrance, un état d'être léger et serein ?
la perfection serait elle l'atteinte de tous nos objectifs, nos défis, nos enjeux ?
la perfection serait elle une image physique sans ride, sans défaut, sans mauvais goût, sans handicap?
La perfection serait elle un monde sans différence, sans anicroche, sans problème ?

Au fond de nous, nous souhaitons vivre dans ce monde lisse et paisible, nous désirons une image pure et belle, nous nous accrochons à nos journées ensoleillées et positives, nous contrôlons notre futur afin qu'il soit comme notre présent en mieux, nous prions pour garder un corps sain et silencieux, nous évitons les émotions destructrices comme la peur, la colère ou pire la tristesse, nous les refoulons à coups de tablettes ou d'illusions.
Et ce matin, je me regarde dans la glace (avec mes lunettes) et je vois mon menton trop ridé à mon goût (le soleil n'arrangeant rien contrairement aux croyances). Je vois mon âge, j'entends ma peur et ma tristesse mais en même temps je vois mon parcours, je vois une femme qui vieillit et j'ai de la chance d'être en vie.
Si nous pouvions décider d'aimer (d'amour) nos imperfections physiques ? points de fixation de nos fragilités, de nos inquiétudes, de nos rires bref preuves de notre humanité.
Si nous décidions de câliner nos échecs, nos incapacités, nos erreurs preuves de notre courage, de notre force de vie.
Si nous nous engagions à aimer chacune de nos journées preuve que nous sommes vivant(e)s.
Si nous essayions d'accueillir toutes nos émotions preuves de nos besoins oubliés, niés.
Enfin si nous donnions de la valeur à notre vie (et non regarder la vie des autres en bavant), la valeur dans notre parcours (et non l'enfouir dans la tombe à souvenirs), la valeur dans notre personne (et non haïr nos défauts) ainsi peut être que nous pourrions donner aussi de la valeur à la personne en face de nous. Et ainsi, nous avançons sur le chemin de la liberté et c'est vraiment bon!!

Si vous ne l'avez pas encore lu, je vous invite à vous rapprocher (tranquillement car il est dense) du livre de Christophe André.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire