Aujourd'hui, j'apaise ma colère et je me respecte

Deuxième émotion primaire, après la peur, la colère peut être tout aussi violente. Si nous n'avons pas appris enfant à l'exprimer, si nous avons compris très tôt que la colère n'est pas acceptable, si nous accumulons chaque jour de la colère en la gardant en nous, si nous avons peur de nous sentir totalement débordé et impuissant face à elle, il est difficile pour nous d'être à l'aise avec cette émotion et donc nous faisons tout pour ne pas avoir à la vivre.
La colère indique qu'il y a eu un dommage ou frustration et les besoins cachés derrière cette émotion sont la réparation, le "dire", le respect. Nous avons tous des limites, des zones d'inacceptable. Il est important de les connaître, de les respecter.
Si l'émotion est beaucoup trop forte par rapport à la situation, elle nous indique alors que nous avons un truc à régler dans notre passé. Si l'émotion est congruente avec la situation, nous pouvons déjà revenir à nous (respiration nous aide à prendre un peu de recul) et observer ce qui se passe (ressentis, perceptions), capter notre discours intérieur et le comparer à un discours réaliste, aller chercher le ou les besoin(s) derrière notre colère et agir ou non. Ainsi nous ne passerons pas notre journée (ou notre vie) à ruminer les causes de notre colère et nous dire que c'est la faute de l'autre!
Respecter ses besoins et les prendre en charge sont essentiels à l'apaisement de nos émotions.